X

Le ballon gastrique : lesquels, pour quels résultats, quels risques ?

Les ballons gastriques associés à une prise en charge pluridisciplinaire pour modifier le comportement alimentaire et reprendre une activité physique sont une aide à la perte de poids chez les patients dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 27.

Reprise de poids et méthodes endoscopiques

L’obésité, un problème de santé publique

La prévalence de l’obésité était en 2016 de 15,8 % pour les hommes et de 15,6 % pour les femmes.

L’obésité entraîne des complications métaboliques, cardiovasculaires, digestives, respiratoires et rhumatologiques. Elle augmente le risque de dépression, de cancer et diminue l’espérance de vie.

Les conséquences socioéconomiques sont importantes

Les ballons gastriques sont des outils d’aide à la perte de poids en association à une prise en charge pluridisciplinaire pour modifier le comportement alimentaire, et à la pratique d’une activité physique afin d’obtenir un résultat pérenne dans le temps.

Pour plus d'informations, contactez-nous
Un marché est en plein développement

Un marché est en plein développement

Plusieurs ballons gastriques ont le marquage CE.

Des ballons plus récents sont commercialisés :

  • le ballon Elipse® ingérable, d’une durée de 4 mois gonflé sous contrôle radiologique qui se dégonfle et s’élimine spontanément dans les selles.
  • le ballon Orbéra 365® en silicone, non ajustable, d’une durée d’un an

Pour quels résultats ?

  1. Le fonctionnement

    La pose d’un ballon est associée à une réduction de la sensation de faim, à une augmentation de la satiété et à une diminution de la prise énergétique quotidienne.

    Le ballon induirait des variations de certains peptides impliqués dans la régulation de l’appétit comme la ghréline, la leptine et l’adinopectine et une diminution de la sécrétion de cholécystokinine et de peptide P.

    Le ballon induit une augmentation du volume de l’estomac proximal, une augmentation de la compliance gastrique ainsi qu’un ralentissement de la vidange gastrique.

    Ces effets diminuent avec le temps.

  2. Pour qui est indique le ballon gastrique ?

    Le ballon gastrique est indiqué :

    • chez les patients en surcharge pondérale ou en obésité non morbide (IMC > 27 kg/m2 suivant le type de ballon) n’ayant pu parvenir à une perte de poids durable malgré une prise en charge nutritionnelle par un médecin ou un nutritionniste
    • chez les patients en obésité morbide (IMC > 40 ou > 35 kg/m2, avec comorbidités) qui refusent la chirurgie bariatrique.
  3. Les contre-indications

    Les contre-indications sont nombreuses :

    • maladie hépatique sévère
    • maladie de Crohn
    • troubles cognitifs ou mentaux sévères
    • alcoolisme ou toxicomanie non sevrés
    • grossesse, désir de grossesse, allaitement
    • refus du suivi médical et des consignes diététiques
    • trouble du comportement alimentaire à type de boulimie
    • antécédent de chirurgie gastrique ou antireflux, de pose d’un anneau gastrique
    • volumineuse hernie hiatale (> 5 cm), ulcère gastroduodénal, œsophagite sévère de grade III ou IV
    • traitement anti-inflammatoire, anomalie de la coagulation, traitement anticoagulant ou antiagrégant
  4. Les études

    Depuis de nombreuses années, l’effet du ballon Orbera® sur la perte de poids a été évalué à court terme par de nombreuses séries ouvertes mais a fait aussi l’objet d’essais randomisés contrôlés.

    Ces études retrouvent une perte de poids significativement plus importante avec un ballon gastrique associé à une prise en charge comportementale qu’un suivi seul, aussi bien au retrait du ballon que six mois ou un an après le retrait de celui-ci.

    Une méta-analyse récente reprenant les résultats de 36 études (n = 6 101) a confirmé l’efficacité du ballon gastrique avec une perte de poids de 15,7 ± 5,3 kg, une baisse du BMI de 5,9 ± 1,0 kg/m2 et un pourcentage EWL (Excess weight loss) de 36,2 ± 6,3 %.

    Une autre méta-analyse portant sur 55 études (n = 6 645) a retrouvé un pourcentage TBWL (Total body weight loss) à six mois de 13,2 %.

  5. Suivi et prise en charge

    La prise en charge pluridisciplinaire associée à la pose du ballon est essentielle pour l’efficacité à long terme.

    Elle associe un rééquilibrage diététique, une modification du comportement alimentaire et la reprise d’une activité physique.

    Cette prise en charge doit être personnalisée, adaptée au contexte culturel, psychologique et à la condition physique.

    La restriction cognitive est inefficace et elle expose à la reprise de poids et au phénomène de « yoyo ».

    La motivation dans le temps est difficile du fait du manque de temps, des problèmes familiaux et de travail. La prise en charge doit s’intégrer dans l’emploi du temps des patients.

    Les gastroentérologues posant des ballons gastriques doivent avoir une équipe pluridisciplinaire qui prenne en charge leurs patients pendant la durée de la pose du ballon et au moins six mois après le retrait de celui-ci.

    Lorsque cette prise en charge physique n’est pas possible, une prise en charge par téléconsultations doit être mise en place an association à la pose du ballon gastrique comme le propose Apollo Endosurgery avec le Ballon Orbera® avec Orbera Coach ou Reshape avec le ballon Reshape® aux États-Unis avec Reshap portal ou MethodCO (www.methodco.fr) en France.

  6. Résultats

    La perte de poids induite par le ballon gastrique permet d’améliorer les comorbidités associées à l’obésité.

    La stéatose hépatique diminue et le syndrome métabolique s’améliore. Le diabète de type II, l’élévation du LDL- cholestérol, l’hypertriglycéridémie et l’HTA sont corrigés ou améliorés chez plus de 80 % des patients et cet effet persiste un an après le retrait du ballon.

    Une amélioration significative du syndrome d’apnée du sommeil et de l’infertilité a aussi été rapportée. La qualité de vie des patients est améliorée.

    La perte de poids avec le ballon Héliosphère Bag® semble similaire à celle observée avec le ballon Orbera®. Une étude prospective non randomisée sur 34 patients avec le ballon Elipse® ingérable et d’une durée de quatre mois a retrouvé une perte de poids de 10 % au retrait.

    L’intérêt éventuel de la pose d’un ballon gastrique chez les patients superobèses avant la réalisation d’un bypass gastrique pour diminuer les risques anesthésiques, les difficultés techniques, le taux de conversion et les complications n’a pas été retrouvé par les études prospectives.

    La pose d’un deuxième ballon, immédiatement au décours du retrait ou à distance de celui-ci, améliore encore la perte de poids, mais l’effet est quantitativement moindre que celui observé avec le premier ballon. La perte de poids semble plus importante avec le ballon Spatz® ajustable mais les séries sont limitées.

Ballons commercialisés en 2017 en France / Obalon Balloon (Obalonm Therapeutics, Inc., San Diego, Calif, États=Unis)
MarqueModèleEnveloppeDurée (mois)RemplissageVolume (ml)AjustableIndication
ApolloOrberaSilicone6Eau500-700NonIMC > 27
EndosurgeryOrbera 36512Eau500-700NonIMC > 27
SterlabMedsilSilicone6Eau500-700NonIMC > 30
EndalisEnd-BallPolyuréthane6Eau-air600-800NonIMC > 30
SterlabSpatzSilicone12Eau400-800OuiIMC > 27
HélioscopieBagPolyuréthane6Air400-800NonIMC > 30
HélioscopieBag-pré-opPolyuréthane6Air400-800NonIMC > 30
AllurionEllipsePolyuréthane4Eau500NonIMC > 27
Allergan, Irvine, États-Unis - Medsil, Moscou, Russie - Endalis, Brignay, France - Sterlab, Vallauris, France - Hélioscopie, Vienne, France - Allurion, Natik, États-Unis
Ballons accepté par la FDA
MarqueModèleEnveloppeDurée (mois)RemplissageVolume (ml)AjustableIndication
ApolloOrberaSilicone6Eau500-700NonIMC > 27
Reshape IntegratedReshapeSilicone6Eau900NonIMC > 30
Dual BalloonMedical
ObalonObalonNylon3Air250-750OuiIMC > 27
Polyuréthane
Allergan, Irvine, États-Unis - Redshape Medical, San Clemente, États-Unis - Obalon, Carlsbad, États-Unis
Des effets secondaires sont souvent observés au décours immédiat de la pose du ballon.

Les effets secondaires

Des effets secondaires sont souvent observés au décours immédiat de la pose du ballon.

  • Des traitements sont prescrits pour prévenir ou atténuer les nausées, les vomissements et les douleurs abdominales.
  • Une déshydratation (1,6 %) et une hypokaliémie (0,4 %) peuvent entraîner une hospitalisation.
    Le retrait précoce du ballon est parfois nécessaire (1 à 3 %).
  • Une symptomatologie de reflux est parfois observée malgré le traitement antisécrétoire (0,5–1,8 %).
  • Des érosions ou des ulcérations gastriques ou œsophagiennes sont possibles. Le dégonflage spontané du ballon peut survenir surtout si sa durée d’utilisation n’est pas respectée. Il existe alors un risque d’occlusion intestinale, en particulier chez les patients ayant un antécédent de chirurgie abdominale.
  • Le ballon Elipse® se dégonfle spontanément après quatre mois et s’élimine spontanément, ce qui justifie certaines contre-indications liées aux antécédents chirurgicaux.
  • Les complications sévères sont plus rares (0,1 à 0,2 %), principalement à type de perforation gastrique, dont le risque est plus fréquent avec les antécédents de chirurgie œsogastroduodénale.
  • La rupture œsophagienne lors de la pose ou de la dépose du ballon et la pancréatite aiguë sont exceptionnelles.
  • La mortalité est de 0,06 à 0,1 %, due le plus souvent aux complications d’une perforation gastrique.

Pour plus d'informations, contactez-nous
Post procedure follow up

Une perte de poids siginificative

Les ballons gastriques entraînent une perte de poids avec un pourcentage EWL significatif et une amélioration des comorbidités chez les patients obèses. La morbidité est modérée.

Ce sont des starters qui permettent d’initier une perte de poids, de renforcer la motivation des patients pour changer de comportement alimentaire et reprendre une activité physique.

La prise en charge pluridisciplinaire par des équipes dédiées en physique ou par téléconsultation est le seul garant d’un résultat pérenne grâce au changement du mode de vie.

Pour plus d'informations, contactez-nous

La sleeve gastroplastie est suivi d'une reprise progressive d’une activité physique

En résumé...

La durée d’utilisation des ballons gastriques varie de quatre mois à un an et les modes de remplissage sont variables.

Les ballons gastriques ralentissent la vidange gastrique et induisent des variations de certains peptides impliqués dans la régulation de l’appétit.

Ils permettent de perdre en moyenne 15 kg (0–30 kg), améliorent les comorbidités liées à l’obésité et la qualité de vie des patients.

Les effets secondaires

Les effets secondaires immédiats à type de nausées et de vomissements ainsi que des douleurs abdominales sont le plus souvent prévenus par un traitement adapté mais peuvent parfois nécessiter une hospitalisation.

Les complications sont rares mais parfois sévères.

Une prise en charge par des experts est indispensable

La pose des ballons gastriques doit être réalisée dans des centres experts avec des gastroentérologues formés à ces techniques et ayant une équipe impliquée en endoscopie bariatrique.

Le ballon induit des modifications de la régulation du comportement alimentaire.
La prise en charge nutritionnelle comportementale et la reprise d’une activité physique sont essentielles pour avoir une perte de poids durable.
L’assurance-maladie ne prend pas en charge ce dispositif.

Téléchargez notre présentation des ballons gastriques

Références bibliographiques

  1. 1. Matta J, Zins M, Feral-Pierssens AL, et al. Prévalence du surpoids, de l’obésité et des facteurs de risque cardio-métaboliques dans la cohorte Constances. 2016 Article — Bulletin épidémio- logique hebdomadaire [Internet]. [cited 2017 Dec 29]. Available from: http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2016/35-36/2016_35- 36_5.html
  2. 2. Konopko-Zubrzycka M, Baniukiewicz A, Wróblewski E, et al. The effect of intragastric balloon on plasma ghrelin, leptin, and adiponectin levels in patients with morbid obesity. J Clin Endo- crinol Metab 2009;94:1644–9.
  3. 3. Nikolic M, Boban M, Ljubicic N, et al. Morbidly obese are ghrelin and leptin hyporesponders with lesser intragastric balloon treatment efficiency: ghrelin and leptin changes in relation to obesity treatment. Obes Surg 2011;21:1597–604.
  4. 4. Mion F, Napoléon B, Roman S, et al. Effects of intragastric balloon on gastric emptying and plasma ghrelin levels in non- morbid obese patients. Obes Surg 2005;15:510–6.
  5. 5. Mathus-Vliegen EM, de Groot GH Fasting and meal-induced CCK and PP secretion following intragastric balloon treatment for obesity. Obes Surg 2013;23:622–33.
  6. 6. Farina MG, Baratta R, Nigro A, et al. Intragastric balloon in association with lifestyle and/or pharmacotherapy in the long-term management of obesity. Obes Surg 2012;22:565–71.
  7. 7. Fuller NR, Pearson S, Lau NS, et al. An intragastric balloon in the treatment of obese individuals with metabolic syndrome: a randomized controlled study. Obesity 2013;21:1561–70.
  8. 8. Mathus-Vliegen EMH, Tytgat GNJ Intragastric balloon for treatment-resistant obesity: safety, tolerance, and efficacy of 1- year balloon treatment followed by a 1-year balloon-free follow- up. Gastrointest Endosc 2005;61:19–27.
  9. 9. Genco A, Cipriano M, Bacci V, et al. Intragastric balloon followed by diet vs intragastric balloon followed by another balloon: a prospective study on 100 patients. Obes Surg 2010;20:1496–500.
  10. 10. Yorke E, Switzer NJ, Reso A, et al. Intragastric balloon for management of severe obesity: a systematic review. Obes Surg 2016;26:2248–54.
  11. 11. Abu Dayyeh BK, Edmundowicz S, Thompson CC Clinical prac- tice update: expert review on endoscopic bariatric therapies. Gastroenterology 2017;152:716–29.
  12. 12. Lee YM, Low HC, Lim LG, et al. Intragastric balloon significantly improves nonalcoholic fatty liver disease activity score in obese patients with nonalcoholic steatohepatitis: a pilot study. Gastrointest Endosc 2012;76:756–60.
  13. 13. Forlano R, Ippolito AM, Iacobellis A, et al. Effect of the BioEnterics intragastric balloon on weight, insulin resistance, and liver steatosis in obese patients. Gastrointest Endosc 2010;71:927–33.
  14. 14. Imaz I, Martínez-Cervell C, García-Alvarez EE, et al. Safety and effectiveness of the intragastric balloon for obesity. A metaanalysis. Obes Surg 2008;18:841–6.
  15. 15. Genco A, López-Nava G, Wahlen C, et al. Multi-centre European experience with intragastric balloon in overweight populations: 13 years of experience. Obes Surg 2013;23:515–21.
  16. 16. Lecumberri E, Krekshi W, Matía P, et al. Effectiveness and safety of air-filled balloon Heliosphere BAG® in 82 consecutive obese patients. Obes Surg 2011;21:1508–12.
  17. 17. Machytka E, Gaur S, Chuttani R, et al. Elipse, the first procedureless gastric balloon for weight loss: a prospective, observational, open-label, multicenter study. Endoscopy 2017;49:154–60.
  18. 18. Coffin B, Ledoux M, Coupaye S, et al. Intérêt du ballon gastrique
    avant bypass. Obésité 2008;3:154–58
  19. 19. Vicente C, Rábago LR, Ortega A, et al. Usefulness of an intragastric balloon before bariatric surgery. Rev Esp Enferm Dig 2017;109:256–64.
  20. 20. Dąbrowiecki S, Szczęsny W, Popławski C, et al. Intragastric Balloon (BIB system) in the treatment of obesity and preparation of patients for surgery – own experience and literature review. Pol Przegl Chir 2011;83:181–7.
  21. 21. Machytka E, Klvana P, Kornbluth A, et al. Adjustable intragastric balloons: a 12-month pilot trial in endoscopic weight loss management. Obes Surg 2011;21:1499–507.
  22. 22. Mazure RA, Salgado G, Villarreal P, et al. Intragastric balloon
    and multidisciplinary team. Nutr Hosp 2009;24:282–7.
  23. 23. Gudzune K Dietary and behavioral approaches in the management of obesity. Gastroenterol Clin North Am 2016;45:653–61.
  24. 24. Dumonceau JM Evidence-based review of the Bioenterics intragastric balloon for weight loss. Obes Surg 2008;18:1611–7.

Vous souhaitez obtenir plus d'informations ?

Nous organisons des réunions d'informations pour répondre à vos questions !