X

De nouvelles alternatives pour lutter contre l’obésité

Comprendre l’obésité en quelques chiffres

Une situation préoccupante

Révélés lors de la journée de l’obésité, les chiffres témoignent d’une situation préoccupante en France : selon l’étude ESTEBAN conduite par Santé Publique France, 17% des adultes et 4% des enfants seraient aujourd’hui considérés comme obèses.

Au niveau mondial, le nombre de personnes obèse aurait triplé en l’espace de 40 ans.

Modes d’alimentation, surconsommation de produits riches, sucrés et transformés et sédentarité sont indiscutablement à la base de la progression de cette maladie, qui peut engendrer de nombreuses complications sur la santé.

Evaluation des risques grâce à l'IMC

Grâce à l’IMC, Indice de Masse Corporelle (IMC = poids/taille2), on peut évaluer les risques de maladies associées à la surcharge pondérale.

  • Au-delà d’un IMC de 30, on peut qualifier une personne d’obèse et on doit commencer à surveiller les risques pour sa santé comme le diabète, l’hypertension artérielle, les troubles du métabolisme des graisses , les maladies cardiaques et pulmonaires et le cancer.
  • Au-delà de 35, l’obésité est considérée comme « sévère » et les risques de maladie associée à l’obésité augmentent.
  • Au-delà de 40, l’obésité est appelée « morbide », ce qui entraîne un retentissement sur la santé plus important et une plus grande diminution de l’espérance de vie.

L’indication d’un geste non chirurgical ou d’une intervention chirurgicale pour aider les patients à perdre du poids est indiquée en fonction de l’IMC.

Personne en situation d'obésité

Lorsque l’on arrive au stade de l’obésité, c’est souvent que des régimes alimentaires souvent restrictifs n’ont donné aucun résultat à long terme et ont même aggravé le surpoids à cause du phénomène de « yoyo » .

Au-delà d’un IMC à 35, ces opérations peuvent être remboursées par la sécurité sociale.

Les solutions contre l’obésité

Deux types d’opérations sont le plus souvent jusqu’alors proposées aux personnes en obésité morbide ou sévère avec des maladies associées à l’obésité : la sleeve gastrectomie et le By-Pass. L’une consiste à réduire la taille de l’estomac. L’autre à le contourner.

Une solution : la sleeve gastroplastie

L’anneau gastrique est actuellement moins prescrit . Les ballons gastriques étaient indiqués pour les patients qui ne sont pas candidats à la chirurgie de l’obésité.

Aujourd’hui, une nouvelle technique non chirurgicale peut être proposée : la sleeve gastroplastie.

  • Elle est moins invasives et a des suites simples avec peu de complications.
  • Elle consiste à réduire l’estomac grâce à des sutures non résorbables ce qui procure une sensation de satiété.
  • Elle est principalement indiquée pour les personnes ayant un IMC entre 30 et 40.

Cette procédure innovante coûte environ 7000 € et n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie.

La sleeve gastroplastie est une technique non chirurgicale qui se fait par une fibroscopie de l’estomac, grâce à un tube qui est équipé à son extrémité d’un vidéo processeur que l’on peut manipuler depuis l’extérieur avec des manettes. 
On l’introduit donc par la bouche, le plus souvent avec anesthésie, mais parfois sans anesthésie et cela permet de faire en plus des sutures.
Cette technique permet donc à la fois de voir, mais aussi de faire des sutures, de faire des points pour réduire la taille de l’estomac.
On est plus vite rassasié pour des quantités moindres, donc on perd du poids. 
La sleeve gastroplastie n’est pas une procédure magique, c’est un starter efficace pour la perte de poids.
Cette  technique permet de perdre 20 kg en moyenne en 6 mois  et  son efficacité dans le temps est corrélée au coaching nutritionnel personnalisé.

Docteur Vianna Costil (source RTL)

Voir toutes les actualités